Le nombre d’inscrits en PAES décolle, pas le Numerus Clausus …

Alors que la nouvelle faculté de sciences de la Santé est ouverte, que déjà des problèmes de places surgissent. Deux amphis de 400 places étaient prévus pour les étudiants en première année. Mais la SADEP, l’organisme chargé de la répartition des étudiants en première année de médecine dans les facultés d’île de France n’a pas correctement fait son travail, auquel s’ajoute une hausse spectaculaire du nombre d’inscrits cette année. C’est environ 880 étudiants qui se retrouveront sur les bancs de la fac pour l’année 2012/13 contre 810 en 2011/12. De ce fait, l’amphi normalement attribué aux étudiants de 2e et 3e année sera attribué à ce surplus de 70 étudiants. Ces 70 étudiants étaient au préalable affectés à l’université Paris Descartes alors qu’ils habitaient à Saint-Quentin en Yvelines ! De plus ces étudiants ont tous eu mention Très Bien au baccalauréat. Se pose donc la question d’une hausse, légitime, du Numerus Clausus à l’UVSQ.

 

Premièrement, le numerus clausus 2012 était de 114 places (chez les médecins). Ce qui revient alors avec le nombre d’étudiants d’aujourd’hui à un taux de réussite de 12,9% soit l’un des plus bas de France. On pourrait faire le même raisonnement pour les autres orientations médicales et para-médicales (Sage-femme, odontologie, pharmacie). Pour revenir à un taux identique il faudrait un numerus clausus entre 123 et 124 places.

Deuxièmement, cette hausse 70 étudiants n’est pas une hausse d’étudiants  »représentatifs » de la population primo-entrante, mais des mention TB, dont les statistiques de réussite avoisinent les 50% dès le premier essai. De ce fait, ce n’est même pas de 9 places qu’il faut augmenter, mais bien d’environ 35 !

Faut-il donc sacrifier 35 futurs médecins, alors que la démographie médicale Française ne cessent de baisser et les demandes de soins d’exploser depuis des années, à cause d’une bourde administrative ?

Lors de la prochaine réunion d’AGE la question sera mise sur la table afin de trouver des solutions auprès des pouvoirs publiques.

Commentaire sur “Le nombre d’inscrits en PAES décolle, pas le Numerus Clausus …”

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *