Compte-Rendu du conseil de l’IECI du 19 décembre 2013

Compte-Rendu du conseil de l’IECI du 19 décembre 2013

Vote sur l’offre de formation en masters

Suite à la réforme de l’enseignement supérieur l’IECI renouvelle son offre de formation en master. La nouvelle loi veut en finir avec la fracture entre le M1 et le M2 par une formation organisée en 4 semestres, ce qui a mécaniquement augmenté le nombre de mentions de master. On passe de 2 mentions à 5 : Histoire, Musicologie, LLCER, Lettres, Culture et Patrimoine ; sachant que pour réduire les coûts il y aura mutualisation de 260 heures de cours entre les mentions. Ce grand nombre de cours en commun est avantageux car il fournit un socle commun aux étudiants entre les mentions mais également un tronc commun au sein de la mention entre les différents parcours. Cela permettra aux étudiants de se réorienter facilement et sans le risque d’avoir des lacunes.

Il y aura 2 mentions déposées dans Paris-Saclay : Histoire et Musicologie. A priori l’intégralité des cours pourront être suivis à l’UVSQ sauf pour musicologie ou l’étudiant devra changer d’université en M2 ; cependant la vigilance reste de mise car il est possible que certaines mentions ne se fassent que dans un établissement partenaire de Paris-Saclay. Par ailleurs est probable que des étudiants d’autres universités de Paris-Saclay doivent venir étudier à l’UVSQ.

La version définitive de l’offre de formation en master sera disponible d’ici la mi-janvier, la version provisoire a été approuvé à l’unanimité.

Campagne de recrutement des enseignants

Sur les 18 postes de plus pour l’UVSQ, 4 revenaient à l’IECI. Cependant avec les restrictions budgétaires 2 recrutements ont été gelés. Les 2 autres sont déjà en cours et devraient à priori se concrétiser.

Ajustements budgétaires

Le vote du budget ayant été reporté à la rentrée, grâce au blocage du Conseil d’Administration mené par le collectif étudiant et les syndicats des étudiants, des professeurs et des salariés (UNéF, FSU, CGT) ; les discussions sur les coupes budgétaires qui le suive ont été reportées également. Cependant les éventuelles restrictions dans la masse salariale ou sur les capacités d’accueil ont été proscrites car ne sont pas soutenables. Par ailleurs l’IECI fera l’objet d’une enquête approfondie dans le cadre de l’audit mené par la cour des comptes.

Dans le cadre des discussions sur la question budgétaire, l’UNEF a présenté au conseil de l’IECI la motion des élus du CA de l’intersyndicale. Celle-ci centre le débat sur la problématique des restrictions budgétaires et leurs conséquences pour les étudiants et personnels.. Globalement la motion fit consensus ; mais sera soumis au vote au prochain conseil de l’IECI pour que chaque élu puisse l’amender.

Divers

=> Les fiches d’évaluation des enseignements

L’UNéF, après plusieurs rendez-vous avec des responsables, a amorcé le projet et a également consulté les étudiants, qui l’ont largement soutenu. L’objectif est de fournir aux étudiants un dispositif leur permettant d’ « évaluer » le cours qu’ils suivent selon des critères tel que la pédagogie, la pertinence des notions enseignées, la cohérence entre l’intitulé et le contenu, les modalités de contrôle de connaissances… La finalité n’est évidemment pas de sanctionner l’enseignant, mais bien de fournir une base au travail d’amélioration qu’il y aura par la suite.

Nous souhaitons que la fiche prenne la forme d’une liste de questions sur des points précis, l’étudiant répondra oui ou non en justifiant par un commentaire. Cependant la distinction entre l’apprentissage et l’évaluation de l’enseignement est primordiale, il s’agit de deux phases différentes qui nécessitent une fiche adaptée. C’est pour cela que nous pensons qu’une fiche ciblant l’enseignement en soi et la pédagogie, puis une seconde sur les modalités de contrôles de connaissances et la répartition temporelle des examens sont nécessaires, par unité d’enseignement et en fin de semestre. Ces fiches nous fourniraient un support de travail cohérent et doivent être anonymes pour garantir la liberté d’expression.

Cependant un obstacle fût que certains professeurs voulaient élargir l’évaluation à l’étudiant lui-même, par des questions sur son assiduité, sa quantité de travail pour l’enseignement… Nous avons fermement refusé cela car c’est la méthode de transmission du savoir que nous évaluons par ces fiches et pas la manière d’apprendre de chaque étudiant. La finalité de ces fiches est bien l’amélioration globale de l’enseignement et en aucun cas l’auto-culpabilisation des étudiants.

Une commission pédagogique se tiendra à la rentrée pour produire une fiche type qui sera la base du projet. La commission sera paritaire avec un délégué étudiant par département, le directeur adjoint étudiant à l’IECI ainsi que 2 élus étudiants ; accompagnés des 3 directeurs de départements, de Mme Pauly, d’un élu du collège BIATS et d’un élu professeur. L’objectif est que cette commission fournisse une feuille de route que pourra suivre les groupes de travail par filière. En effet les fiches d’évaluation dans leur finalité doivent être très précises pour correspondre aux attentes spécifiques des étudiants selon la licence, et c’est pour cela que nous pensons que ces groupe de travail par filière doivent non seulement affiner les fiches mais également les exploiter par la suite. Par ailleurs, dans une optique d’implication maximale des étudiants, nous pensons que ces groupes de travail doivent être composé a minima de 2 délégués / année / filière, accompagnés des 5 élus étudiants de l’IECI qui pourront coordonner les différents groupes de travail. La présence du professeur responsable de la licence nous semble aussi utile car il pourra apporter des conseils techniques. Enfin ces groupes de travail devront se réunir 2 fois par semestre pour un suivi régulier.

=> La suppression des doubles-licences

Suite à la réforme de l’enseignement supérieur, la sélection à l’entrée des doubles-licences est désormais illégale. A l’IECI les filières histoire-anglais, en création, et droit-anglais étaient concernées. La nouvelle loi rendant illégales les filières en l’état, l’administration a fait le choix de les fermer définitivement, plutôt que de supprimer la sélection ce qui aurait permis de les conserver, et même de les ouvrir à davantage de bacheliers. L’administration a par ailleurs rédigé une motion protestant contre ce point de la réforme ; que nous avons voté pour manifester notre soutien aux étudiants concernés qui se retrouvent dans l’impossibilité de redoubler, malgré notre conviction que l’abrogation de la sélection ne ternissait en rien l’excellence de ce double cursus.

=> Conventions de formation

Archives départementales du 92

Il s’agit d’un partenariat entre l’UVSQ et le département des Hauts-de-Seine. L’université bénéficie d’un accès optimal aux archives du département, et les étudiants du Master  « Histoire socioculturelle » pour la partie optionnelle  « métiers de la culture, archives » auront des possibilités de stages à la direction des archives départementales du 92. Le tout dans une optique de démocratisation de la consultation des archives auprès des étudiants.

Chivast Education International

Cet organisme fournira des dossiers d’étudiants chinois à l’UVSQ, celle-ci se gardant le droit des les inscrire ou non, au cas par cas, dans une formation à part dont l’aboutissement est un diplôme universitaire. Il est précisé que la formation est « vendue » entre 1400€ et 2200€ (hors frais d’inscription), ce qui est de notre point de vue malsain pour l’université qui est censée être un service public et donc gratuit, pour tous.

Furman University

L’UVSQ recevra 15 étudiants américains issus de la Furman University pour que ceux-ci suivent un cours de langue et un de culture. Pour cela, l’UVSQ prévoit 14 000€ de dépenses contre une subvention unique de 15 000€ de la part de Furman University. On peut noter que l’échange n’est pas bilatéral et nous trouvons cela désolant pour les étudiants de l’UVSQ qui ne tirerons aucun bénéfice de ce partenariat.

PSA-Peugeot

C’est une coopération dans la recherche à but lucratif. Il est précisé que : « chaque partie pourra exploiter librement à des fins industrielles et/ou commerciales les connaissances issues de leur coopération sous réserve d’une juste compensation financière au profit de l’autre partie « .Nous ne considérons pas que cette convention remette en cause l’indépendance financière de l’UVSQ, de plus son assiette de recettes peut s’en trouver élargie.

Ryerson University

Il s’agit d’un échange bilatéral entre Ryerson University, au Canada, et l’UVSQ de 3 étudiants et 1 enseignant-chercheur au maximum. Seul les dépenses universitaires seront prises en charge, tout autre dépense (assurance, logement, nourriture, transport, visa…) sera aux frais de la personne. Peu d’étudiants ont les moyens de cela, une bourse d’échange est pour nous nécessaire.

Georgia State

C’est un échange bilatéral d’enseignant-chercheurs ainsi que de 10 étudiants, entre l’UVSQ et la Georgia State aux USA. Seul les dépenses universitaires seront prises en charge, tout autre dépense (assurance, logement, nourriture, transport, visa…) sera aux frais de la personne. Peu d’étudiants ont les moyens de cela, une bourse d’échange est pour nous nécessaire.

Par Ancelin Moulherat Directeur adjoint étudiant à l’IECI pour l’UNéF : ancelinmoulheraton@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *