Budget de l’UVSQ : Silence Radio !

Lors du conseil d’administration du 14 février, le budget de l’UVSQ a été retoqué par le rectorat, puisqu’il était présenté en déséquilibre. Cette démarche était incontournable dans la mesure où de nouvelles restrictions budgétaires seraient insoutenables pour la qualité des enseignements et des conditions d’études. Il était donc nécessaire de présenter un budget déséquilibré. Malgré ce geste politique fort de l’UVSQ, le ministère n’a toujours pas annoncé le versement d’une dotation supplémentaire.

A l’issu de ce conseil d’administration, le rectorat a annoncé qu’il arrêterait un budget pour l’université le 1er mars. Or, nous sommes le 11 mars et toute la communauté universitaire est encore dans l’attente. Nous n’avons aucune information de la part de la direction de l’université, qui ne semble elle-même n’avoir aucune information de la part du ministère. Pour se rassurer quant à leur avenir, étudiant et personnel n’ont que des rumeurs sur lesquelles s’appuyer.

La situation catastrophique de l’UVSQ est connue depuis le mois de novembre et pourtant le ministère ne s’est toujours pas prononcé sur un budget définitif pour l’université, tiraillé entre le risque politique d’octroyer une rallonge et celui de sacrifier les formations au nom d’un équilibre budgétaire. De son côté, la direction de l’UVSQ dénonce le sous-financement de l’état tout en continuant ses mesures de restrictions budgétaires, se coupant ainsi de tout dialogue avec l’intersyndicale.

Nous sommes le 11 mars et l’université n’a toujours pas de budget ! Il est temps de cesser le conflit sans fin entre le ministère et la direction de l’université. Nous exigeons :

–          Que l’état assume ses responsabilités et finance l’UVSQ à hauteur de ses besoins (une rallonge de 11M€).

–          Que ces moyens soient fléchés vers les formations, pour éviter que les errements budgétaires de la présidence de l’université se reproduisent.

–          Que la direction cesse toute politique de restriction budgétaire et se joigne à l’intersyndicale pour dénoncer le manque de moyens alloués à l’UVSQ

Pour finir, il est essentiel que les principaux acteurs concernés, étudiants et personnels de l’université, soient intégrés au « dialogue » qui a actuellement lieu uniquement entre le ministère et la direction de l’université. Pour ce faire, nous exigeons :

–         Que les représentants de l’intersyndicale soient reçus par le ministère.

–         Que la direction de l’université informe les usagers et le personnel de l’UVSQ sur les avancements de la situation.

Sébastien Ramage – Président de l’UNEF UVSQ
Contact presse : 06 77 93 50 66

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *