L’UNEF obtient le gel des tarifs dans les cafétérias du CROUS de Versailles !

  Ce jeudi 3 Juillet a eu lieu le conseil d’administration du CROUS de Versailles où les différentes prestations du CROUS ont été mises au vote. Après concertation auprès du Recteur d’Académie, l’UNEF a obtenu le gel des tarifs dans l’ensemble des cafétérias du CROUS de Versailles. Alors que le coût de la vie a augmenté pour les étudiants et que le gouvernement a annoncé le gel des prestations sociales dans le projet de loi de finance, l’UNEF a fait valoir la nécessité de protéger les étudiants d’un décrochage de leur pouvoir d’achat.

  L’UNEF se réjouit de cette mesure. Pour autant elle s’inquiète de la prochaine restructuration de l’offre de restauration dont une mutualisation est prévue avec les académies de Paris et de Créteil et craint que cela tire les tarifs par le haut. 
 
  L’UNEF a également réclamer l’ouverture d’une discussion sur une future formule dans les cafétérias au même montant que le ticket RU de 3,15€, comme cela se fait dans d’autres académies.
 
 
Préservation du 3e périphérique dans les restaurants universitaires.
 
  L’académie de Versailles est une des seules académies à proposer un 3e périphérique dans son offre de restauration. (Plat principal + 1 entrée, 1 dessert et 1 produit laitier pour 3,15€). Suite aux restrictions budgétaires, l’UNEF s’était inquiétée de la suppression du 3e périphérique qui avait été mise sur la table. Nous avons fait valoir que cette exception en France devait y être la norme.
Mais des loyers en augmentation.
 
  L’augmentation des loyers est moins importante que prévue (1,5€ en moyenne). Pour autant, la prestation wifi dans les chambres traditionnelles amène à une augmentation s’élevant à 10€, ce qui est très conséquent dans le budget d’un étudiant boursier. Or cette année le CROUS a entamé un remplacement des chaudières dans les chambres, entraînant une diminution des dépenses énergétiques de 30%. L’UNEF souhaite donc que cette diminution de charge se répercute sur les loyers dans les années à venir pour amortir les augmentations des loyers.
 
 
 
De profondes inquiétudes sur les tarifs obligatoires fixés nationalement
 
  Le gouvernement s’est engagé dans un plan de réduction des dépenses publiques sans précédent. Bien que le gel des tarifs dans les cafétérias soit une bouffée d’air pour des milliers d’étudiants, la revalorisation des bourses au niveau de l’inflation est pour le moment gelée par le plan d’économie du gouvernement et il est prévu une augmentation du tarif du ticket RU.
  L’UNEF demande au gouvernement le gel des tarifs obligatoires de la rentrée (frais d’inscription, frais de sécurité sociale et prix du ticket RU) pour que les étudiants n’aient pas à payer les conséquences de la réduction des dépenses publiques.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *